3. Qu’on le veuille ou non, au Maroc, la dépense fiscale est axée plus sur le capital que sur le travail. Les Notes et Points de conjoncture En avril dernier, le Centre marocain de conjoncture (CMC), un observatoire indépendant de l’économie marocaine qui fait référence dans le Royaume, pronostiquait une contraction de la croissance nationale de l’ordre de … En attribuant le projet de la réforme par le ministère de l’Economie et des Finances au cabinet FINACTU, il était question de fournir les résultats de l’étude vers la fin de l’année 2019. Pis encore, on assiste à un phénomène de dégradation du rendement de l’investissement qui remet en cause l’efficacité et la qualité de ce dernier. Cela n’a pas entraîné de conséquences négatives sur les emprunts à l’international du Royaume. 2020 se démarque comme étant l’année où le Maroc va s’appuyer sur un nouveau modèle de développement. L’épidémie alliée à une sécheresse prolongée a par ailleurs déjà fait sentir ses effets sur l’économie marocaine. Cela fait quelques temps qu’on le répète en boucle mais rien n’y fait. Conjoncture économique. En se fiant aux derniers chiffres publiés par le Haut Commissariat au Plan, la croissance des exportations nationales en valeur aurait ralenti à 0,1% au quatrième trimestre 2019, au lieu de 2% un trimestre plutôt. Un modèle devant rompre avec celui précédent ayant montré des signes d’essoufflement dans la mesure où le taux de la croissance économique demeure en deçà des attentes. La note de conjoncture économique relève que le gouvernement se réjouit d’avoir maintenu le taux d’inflation à 15% durant l’année 2020. On ne saurait jamais le faire sans citer la justice sociale qui constitue la colonne vertébrale de toute économie. Selon la Banque mondiale, la croissance du PIB réel devrait atteindre seulement 1,7% en 2020. L'actualité économique en France : retrouvez les analyses et décryptages des Echos sur la conjoncture, la croissance, la consommation, le … Bien que les fondamentaux macroéconomiques soient fragilisés, les récentes sorties réussies du Maroc sur les marchés financiers internationaux démontrent que le Royaume a toujours la confiance des investisseurs. Toujours est-il que dans ce sillage, nous ne pouvons pas nous empêcher d’évoquer le système fiscal qui brille par l’absence de l’équité fiscale. Selon une note de conjoncture publiée par la Banque Nationale en avril dernier, la contraction du PIB de l’économie canadienne pour l’année 2020 pourrait atteindre 4,8%. Or, la crise a certes entraîné un recul des importations de 16,6 % sur les dix premiers mois de l’année, mais également une diminution de 10,1 % des exportations et de 60,3 % des recettes touristiques (les transferts des MRE sont stables). Toutefois, la diminution des recettes fiscales devrait entraîner une augmentation du déficit budgétaire à 7,7 % du PIB (+ 3,6 pts par rapport à 2019) et de la dette du Trésor à 76,1 % du PIB (+ 10 pts). Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. La conjoncture économique française en 10 graphiques. Face à cette situation, la demande étrangère adressée au Maroc a été revue à la baisse. Les analystes n’ont cesse de le répéter : face à cette situation défavorable, le Maroc gagnerait à œuvrer activement en faveur de l’optimisation de sa politique commerciale extérieure à travers une triple action : Procéder à une révision globale des accords de libre-échange conclus et prospecter les meilleures voies possibles à même de favoriser un rééquilibrage des relations commerciales avec les partenaires ; Renforcer le dispositif de défense commerciale dans le but de lutter vigoureusement contre la concurrence étrangère déloyale ; Explorer l’opportunité de recourir à une nouvelle doctrine en matière de conclusion des accords de libre-échange, en privilégiant plus les groupements régionaux que l’approche bilatérale et en ciblant en priorité les pays du Sud pour se prémunir contre les chocs concurrentiels asymétriques. La croissance économique du du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2020, selon le Centre marocain de conjoncture (CMC). L'activité économique nationale aurait régressé de 5,5% au quatrième trimestre de 2020, au lieu de -7,2%, un trimestre auparavant, selon le Haut Toutefois, force est de constater que les indicateurs économiques et les dispositions annoncées pourraient s’avérer insuffisantes pour remédier un tant soit peu à l’atonie régnante et impulser la dynamique nécessaire pour promouvoir l’entrepreneuriat et la création d’emplois. Bien que le coût de ces mesures exceptionnelles ait essentiellement été absorbé par le Fonds spécial de Gestion de la Pandémie mis en place au début de la crise, le déficit budgétaire et la dette du Trésor devraient augmenter à respectivement 7,7 % et 76,1 % du PIB (FMI). Les réserves représentent désormais un matelas confortable de 7 mois d’importations. 2020 se démarque comme étant l’année où le Maroc va s’appuyer sur un nouveau modèle de développement. Bref, la cadence, avec laquelle les travaux avancent, augure que la réforme n’est pas pour sitôt. Cette dernière ne peut être que la résultante d’un modèle de développement à même de la garantir. Sans remuer le couteau dans la plaie et remettre sur la table la situation des caisses de retraite qui souffrent de l’amenuisement de réserves, de dettes implicites (engagements non couverts )… force est de constater que valeur aujourd’hui on ne sait que dalle sur la réforme systémique, étape cruciale de la réforme des régimes de retraite. Conjoncture économique bilan 2019 et perspectives 2020 Le secteur aurait continué de pâtir de la baisse de la cadence des exportations du segment construction, dans un contexte de repli des ventes automobiles au niveau mondial, particulièrement en Europe et en Chine. Dans un contexte entièrement libéralisé, le Maroc a du mal à remédier au déséquilibre structurel de sa balance commerciale. C’est dire que la diversification de l’offre et des marchés se veut plus que déterminante. La croissance économique nationale devrait se situer à 4,6% en 2020, estime le Centre marocain de conjoncture (CMC) dans le 314e numéro de sa publication mensuelle "Maroc conjoncture". Aussi, sous l’effet du reflux des cours sur le marché mondial depuis le début de l’année 2019, les exportations en valeur des phosphates et dérivés auraient, pour leur part, contribué pour – 1,2 point à l’évolution des exportations globales. Pour anticiper l’éventualité d’une crise de liquidité externe, le Trésor marocain avait appelé en avril 2020 l’intégralité de la Ligne de Précaution et de Liquidité (3 Md USD) que le FMI lui octroie depuis 2012. La conjoncture économique s’est dégradée fortement au début du deuxième trimestre, avant d’entamer une phase de redressement avec la levée progressive des mesures de confinement. De nature sanitaire, et a priori temporaire, c’est un choc polymorphe (offre, demande, confiance) auquel les autorités ont apporté des réponses massives au niveau international. La mise en œuvre de ces mécanismes d’urgence illustre une bonne gestion institutionnelle de la crise, dont l’impact social demeure toutefois nécessairement important. Contexte hostile certes… mais le Maroc est appelé à tout miser pour rattraper le train de l’émergence et surtout faire profiter les différents pans de la société de manière équitable des fruits de la croissance économique. Elle sera de -12,5 % au deuxième trimestre 2020, au lieu de -6 % prévue au 7 avril. Si la crise du nouveau coronavirus (covid-19) a semé une terreur inédite dans l’ensemble des secteurs, la veille économique au Maroc a constitué durant l’année 2020 un solide rempart face à un chaos économique et social. En conséquence, le déficit courant devrait s’élever à 6,9 % du PIB fin 2020. L’objectif étant de mettre en place, à terme, un régime de base obligatoire, plafonné et ouvert à l’ensemble des actifs salariés ou non. 4. Depuis la fin mars 2020, l’Insee a accru la fréquence de ses Points de conjoncture, pour tenir compte du caractère très évolutif de la situation économique. C’est peut-être cette passivité dans la prise en considération sérieuse de cet essoufflement de la politique économique du Maroc, qui a poussé Ahmed Lahlimi Alami à sortir de sa … Dans ces conditions, on peut considérer que le défi majeur pour l’économie marocaine est désormais celui du passage à une offre à forte valeur ajoutée pour l’économie marocaine. Résultat des courses : des disparités spatiales et sociales trop criardes entre les différents territoires, un taux de chômage élevé, frôlant les 10%, qui frappe essentiellement les jeunes diplômés, des systèmes d’enseignement et d’éducation qui souffrent de plusieurs maux. Parmi les chantiers phares, nous pouvons citer la retraite, la mise en place sur les rails du nouveau modèle de développement, la compétitivité de l’offre exportable, la justice sociale. Du fait de la crise du Covid-19, le Maroc connaîtra en 2020 sa plus importante récession en 25 ans. Au lendemain des assises de la fiscalité ayant promis monts et merveilles, des espoirs sont nourris pour qu’ils fondent comme neige au soleil dès la première mouture du Projet de Loi de Finances 2020. Au cours du 1er trimestre 2020, la conjoncture économique internationale a été frappée par l’irruption du Covid-19. Les répercussions sociales de la crise ont dans l’immédiat été contenues grâce à des  mesures d’urgence fortes, qui ont consisté à : 1) soulager la trésorerie des entreprises (création d’une nouvelle garantie publique (Damane Oxygène dont 47 000 entreprises ont bénéficié, moratoire sur les échéances des crédits, report des charges fiscales et sociales) ; 2) limiter la baisse des revenus des salariés par la mise en œuvre d’une nouvelle indemnité chômage forfaitaire de 2000 MAD/mois ; 3) subvenir aux besoins des 4,3 millions de foyers les plus précaires (vivant du travail informel) via une aide de subsistance de 800 à 1 200 MAD/mois selon la taille du ménage (cette mesure n’est plus en vigueur). 2. 2020, année de rattrapage ou de relance ? Il s’illustre notamment par une nette augmentation du chômage des jeunes (touchant 32,3 % de la population au T3 2020 contre 26,7 % un an auparavant) et une progression annoncée de la pauvreté (un million de personnes pauvres et vulnérables s’ajouteront aux deux millions préexistants). Recul des exportations de 18,3% à fin juin 2020 (automobile : -33%, textile et cuir : -34,9%, aéronautique : -18,1%) et des importations de 17,5% à fin juin 2020 (produits finis Cette baisse résulte essentiellement du recul des ventes extérieures de la confection et de la bonneterie et des produits agricoles et agro-alimentaires. Le A ce titre, il est utile de rappeler que plusieurs mesures ont été déployées pour y parvenir pour ne citer que la stratégie de l’inclusion financière dont les contours sont mis en place par la Banque Centrale et le ministère de l’économie et des finances. 1. Le FMI prévoit une contraction du PIB de 7,2 %, en raison du confinement sanitaire qui se superpose à la mauvaise campagne céréalière due à une sècheresse récurrente. Or, rien ne filtre pour l’instant et les indicateurs publiés dans le rapport du Comité de Coordination et de Surveillance des Risques Systémiques prédisent qu’en matière de retraite, le Maroc a encore un long chemin à parcourir. Le repli économique constaté depuis mi-mars est Flash conjoncture France - Au 2nd confinement, des pertes moins importantes pour les PMI Rédigé par : Bureau de l'analyse conjoncturelle 07 décembre 2020 L'Insee comme l'OCDE estiment que le PIB devrait reculer de 9,1 % La conjonction d’une faible pluviométrie sur le plan national, avec pour toile de fond la tendance baissière de la valeur ajoutée agricole pour le quatrième trimestre successif affichant un repli de 5,4%, et d’une poursuite du ralentissement de la croissance mondiale à fin 2019 augurent d’une année difficile aussi bien sur le plan interne qu’externe. En dépit des efforts déployés, l’offre marocaine est non compétitive par rapport à d’autres pays à développement similaire. de couverture de 0,6 point à 58,6% à fin juin 2020. Maroc : L'économie nationale en repli de 5,5% au dernier trimestre de 2020. Sa réalisation passe avant tout par une inclusion financière. L’économie marocaine s’était contractée de 8,7 % au T3 2020 (contre -14,9 % un trimestre plus tôt). Le Fonds spécial, qui a récolté plus de 33 Md MAD via la contribution du budget de l’Etat (pour le tiers) et des dons des entreprises et institutions publiques et de la population, a pu absorber 24,7 Md MAD de dépenses exceptionnelles liées à la crise (financement des mesures d’urgence et augmentation des capacités du ministère de la Santé). Les regards braqués sur le nouveau modèle. Le modèle économique du Maroc, si modèle il y a, est insoutenable. Structurellement, le Maroc enregistre un déficit commercial élevé (18,5 % du PIB en 2019), en partie compensé par les recettes issues du tourisme et les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE) (déficit courant de 4,1 % du PIB en 2019), qui constituent, avec les recettes des exportations, les principales rentrées de devise du Royaume. Avec la Loi de Finances 2020, le ministre des Finances a certes annoncé la couleur, arrêté les grandes lignes et les indicateurs macroéconomiques à réaliser. Malgré tout, une nouvelle étape de croissance est attendue pour 2020 après une année 2018 difficile et une légère amélioration enregistrée en 2019. La solution d’un pôle public et privé n’est pas retenue comme un schéma définitif de la réforme, mais plus comme un tremplin vers la mise en place d’un régime de base unique. conjoncture et les dernières informations disponibles, l'activité économique, en variation trimestrielle, renouerait avec une croissance positive au troisième trimestre 2020 (+0,7%) et se consoliderait au Les anticipations révélées par le Haut-Commissariat au Plan interviennent après avoir analysé la conjoncture économique au dernier trimestre de l’année 2018. conjoncture et les dernières informations disponibles, l'activité économique, en variation annuelle, renouerait avec une croissance positive au troisième trimestre 2020 (+0,6%) et se consoliderait au Finances locales : les recettes ordinaires ont chuté... Capacité fiscale : un manque à gagner pesant... Marsa Maroc : mise en service commerciale du... [Hiwar] Vaccin anti-Covid : les principales révélations du ministre de la Santé, Pr Khalid Ait Taleb, [WebTV] Lydec investit 58MDH pour la réalisation d’un projet d’assainissement à Tamaris, [WEBTV] CDG Prévoyance annonce le lancement officiel de son bouquet digital e-htiyati, [WebTV] Ylva Johansson visite le projet pilote Palim mis en œuvre par Enabel et ANAPEC, [Emission Hiwar] Rentrée de formation 2020-2021 : Loubna Tricha dévoile la riposte de l’OFPPT face au Covid, [Entretien] Reprise à consolider du BTP, préférence nationale, commande publique…, le point avec David Toledano, [Entretien] Pr F. Hakkou : « L’écosystème de la recherche médicale requiert une forte volonté politique qui reste timide », [Entretien] Najib Akesbi démonte pièce par pièce les choix de Jouahri et de Benchaâboun, [Entretien] : Omar Benmoussa « Les premières versions du projet de loi portant statut « Junior-entreprise » sont en cours de finalisation », L’eau de table Amane Gharb obtient 4 certifications, Orange lance la première recharge pour des appels illimités vers tous les opérateurs, La EFE-Maroc et le MEPI accompagnent l’inclusion socioéconomique des Safiots impactés par la crise sanitaire, Royal Air Maroc poursuit la dématérialisation de ses processus avec Portnet, La nécessaire approche systémique pour réussir l’aménagement durable et inclusif de nos territoires, Combler le fossé des capacités à l’époque du COVID-19, L’Observatoire africain de migration : une réalisation concrète du Maroc, La Loi de Finances 2021 publiée au BO ce 18 décembre, ADII : 25 circulaires émises au 3e trimestre 2020, BAM : Circulaire relative aux instruments de la politique monétaire, La DGI publie le guide de télédéclaration du revenu global, Hassania Junior Entreprise : 6ème édition de l’événement Un Jour Un Étudiant Un Entrepreneur, La HACA entame ce 5 janvier un cycle de rencontres avec l’ensemble des opérateurs audiovisuels privés, Lancement du premier Hackathon digital dédie à l’innovation dans le secteur portuaire, Rencontres scientifiques de la CMR: la protection des données à caractère personnel au menu, DEPF/PCNS : les implications du mode d’insertion du Maroc dans l’économie mondiale sur sa croissance et sur son développement », Pr Youssef El Fakir publie un plaidoyer pour une réforme du système de santé au Maroc, ACAPS : « Régime de couverture contre les conséquences d’évènements catastrophiques (EV CAT) » – volet assurantiel, « Rêve de trains : Découvrir un autre monde ». Cet abaissement serait attribuable à une contraction de 14,4% de la valeur ajoutée non-agricole et d’un repli de 6,1% de celle de l’agriculture, explique le HCP dans son point de conjoncture du 2ème trimestre de 2020. Conjoncture 2020 : le Maroc, un véritable chantier à ciel ouvert ! Coe-Rexecode Le rapport économique, social et financier (pdf - 5,5 Mo), annexé au projet de loi de finances 2021 et publié le 2 octobre 2020, prévoit une contraction de l Selon les prévisions de l’OCDE, le PIB de la zone euro devrait se contracter de 9,1% en 2020. 20-0631 - Situation économique et financière Maroc (dec 2020 - site Inte.._.pdf, 20-0627 - Maroc Chiffres Clés décembre.pdf. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Point de conjoncture du deuxième trimestre 2020 et perspectives pour le troisième trimestre [Publication] : Note de conjoncture N° 36, Avril 2020 Prévisions révisées de la croissance économique nationale pour le premier et le deuxième trimestre 2020 Plusieurs facteurs aggravants se sont superposés au fort ralentissement de la majeure partie de l’activité économique pendant le confinement (80 jours) : la sensibilité de l’économie marocaine à la demande européenne (moteur des principaux écosystèmes industriels marocains) et la sécheresse persistante, ayant plus que divisé par deux les rendements céréaliers (repli du PIB agricole escompté à –5,0 %). Autrement dit, la rupture tant attendue par les opérateurs économiques n’est ressentie en aucun moment dans la LF 2020. Conjoncture économique et financière du 3e trimestre 2020 Au cours du 3e trimestre, la conjoncture internationale a été marquée par une nouvelle étape dans la diffusion du choc sanitaire, avec un rebond des PIB qui s’annonce Indicateur phare du climat des affaires est le flux des Investissements Etrangers qui, selon les derniers chiffres publiés par l’Office des changes, a accusé une baisse de 46,1% à 17.692 MDH à fin novembre 2019. ILS médias société éditrice de EcoActu et Le Manager©. A cet égard,  le débat autour de la justice distributive est fort utile. Le taux de croissance projeté pour l'année 2020 pourrait atteindre 4,6%, a estimé Ahmed Laaboudi, directeur général du … Les réserves de change du Royaume ont par ailleurs été confortées par les dernières sorties du Trésor sur les marchés financiers internationaux (24 septembre et 8 décembre), où le Maroc a levé 1 Md EUR puis 3 Md USD. Enregistrez mon nom, mon courrier électronique et mon site Web dans ce navigateur pour un prochain commentaire. Un modèle devant rompre avec celui précédent ayant montré des signes d’essoufflement dans la mesure où le taux de la croissance économique demeure en deçà des attentes. Qui osera parler d’équité fiscale ? L’année 2020 a bel et bien démarré avec ses appréhensions mais également ses espoirs ô combien nombreux dans une conjoncture qui s’annonce tumultueuse. Les conséquences de la crise sur les équilibres extérieurs ont pu être atténuées par le tirage de l’intégralité de la Ligne de Précaution et de Liquidité accordée par le FMI et les dernières sorties du Trésor marocain sur les marchés financiers internationaux. En raison d’un confinement drastique dans les 1ers mois de la pandémie et de sa dépendance à des facteurs exogènes (pluviométrie, croissance européenne, insertion dans les chaînes de valeur mondiales), le PIB marocain devrait se contracter de 7,2 % sur l’année 2020 selon le FMI. Il a bénéficié en outre du soutien d’urgence des principaux bailleurs internationaux (100 M EUR octroyés par l’AFD, 150 M EUR par l’UE, 275 M USD par la Banque Mondiale). AMMC : liste des agréments et visas d’OPCVM…, [Graphes] AMMC : indicateurs mensuels du marché des…, S2M : Chadha Holding franchit le seuil de participation…, Fitch confirme la note ‘Excellent (mar)’ de BMCE…, Aradei Capital : la cloche de cotation retentit…, les accords de libre-échange signés avec plusieurs pays. La valeur ajoutée agricole devrait pour sa part régresser de 0,7%. A ce titre, il est utile de rappeler que les accords de libre-échange signés avec plusieurs pays sont déficitaires en faveur des pays partenaires à telle enseigne que la question de refonte des ALE occupe le devant de la scène. Le constat est sans appel : il devient urgent d’opérer une réduction progressive, voire une élimination des distorsions concurrentielles induites par la multiplicité des dépenses fiscales et des exonérations dont bénéficient à chaque fois les mêmes secteurs (agriculture, immobilier, hôtellerie…). Fort de ce constat, l’agence de notation Fitch Rating a révisé à la baisse la note du Maroc en octobre 2020 (passant de BBB- à BB+ et perdant ainsi son Investment Grade). Ajoutons à cela, la corruption qui gangrène notre économie attestant de la mauvaise gouvernance qui pèse de tout son poids sur le climat des affaires et ce en dépit des rangs gagnés dans le rapport de Doing Business 2020. Dans un contexte de prolongement de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 novembre 2020, l’économie nationale aurait fléchi de 8,7% au troisième trimestre 2020, au lieu de -14,9% un trimestre plus tôt, sous l’effet d’une contraction de 9% de la valeur ajoutée hors agriculture et d’une baisse de 6,2% de celle de … Les dernières statistiques publiées par l’Office des changes à fin novembre 2019 montrent que le taux de couverture ne s’est pas amélioré, soit 57,4%. L’économie marocaine s’était contractée de 8,7 % au T3 2020 (contre -14,9 % un trimestre plus tôt). Conséquence: les recettes du secteur affichent un retrait significatif, cumulant une baisse de 71,7% au titre du deuxième trimestre 2020, soit une perte de 11,8 milliards de dirhams. Bon an, mal an, le taux de croissance oscille autour de 3%. Au terme des six premiers mois de 2020, ce recul est de 33,2% ou de 11,1 milliards de dirhams. Toujours est-il que des chantiers, ayant trop tardé, urgent pour une entrée effective en 2020. La commission de Chakib Benmoussa, qui nourrit beaucoup d’espoir en ce moment est appelée à livrer le rapport au mois de juin. «Notre prévision de 4,6% de croissance interviendra après une année 2019 marquée par un taux de 2,6%.

Manette Switch Sans Fil Zelda, Paris De Jadis Mots Fléchés, Sur La Route Du Blues, Kit Main Libre Bluetooth Oreillette, Aide Financière étudiant Val-de-marne, épingler 7 Lettres,