Plébiscite des 20 et 21 décembre 1851. Anniversaires de personnages célèbres, d'acteurs, de célébrités et de stars le 20 Décembre. Insurrection socialiste dans les départements. Avec 365 jours 1851 était une année normale et … Pour la mémoire des résistances républicaines > à consulter ici, Sources » (Vincent Huet). La sincérité des ralliements était d’ailleurs admise à regret par George Sand qui, au printemps 1852, confie au patriote italien Mazzini : « On vous a dit que le peuple avait voté sous la pression de la peur, sous l’influence de la calomnie. Objet : « Le Peuple français veut le maintien de l'autorité de Louis-Napoléon Bonaparte, et lui délègue les pouvoirs nécessaires pour établir une constitution sur les bases proposées dans sa proclamation du 2 décembre 1851. La France dépouille fiévreusement le scrutin des 20 et 21 décembre sur le plébiscite. La campagne électorale de 1869 en vue du renouvellement du Corps législatif a été particulièrement animée, l’étiquette de candidat officiel se muant en label embarrassant. – Éric Anceau, « Enjeux, déroulement et conséquences du plébiscite du 8 mai », L’Empire libéral, t.I, Paris, SPM, 2017, p.641-711. Une vertu démocratique qui ne peut s’exprimer cependant pleinement qu’avec l’instruction des électeurs, un biais soulevé par les républicains. Fait au palais de l’Elysée, le 4 décembre 1851. Ou était-ce la reconduction du pacte souscrit entre le peuple et la dynastie ? L’abstention est la crainte des autorités. Ces principes forment l’ossature de la constitutio… Et cela, aussi bien du côté du neuf que des produits Le Coup D Etat Du 2 Decembre 1851 occasion. Journée du 2 décembre; La mairie de Grenelle. Elle a été lauréate des bourses de la Fondation Napoléon en 2000 pour sa thèse Symbolique impériale et représentation de l’histoire sous le Second Empire. Le plébiscite des 20 et 21 décembre 1851 a ratifié le coup d'État, les bases constitutionnelles proposées ainsi que la délégation du pouvoir constituant à Bonaparte. Le Président avait voulu une énergique répression des troubles des provinces. Jusqu’en 1863, les candidats soutenus par l’administration avaient toutes facilités pour mener campagne. D’autre part, Napoléon Ier mobilisait des légitimités composites, qui mêlaient au principe démocratique un faisceau de justifications matérielle, dynastique et providentielle propre à l’homme d’exception (Frédéric Bluche). 25 décembre, Chili : inauguration de la ligne Copiapó-Caldera, première ligne chilienne et du continent sud-américain. Ce discrédit n’empêche pas des bulletins surchargés d’aigles ou de commentaires affectifs (« Oui pour louis napoléon Bonaparte Mon na mi » sic). En dépit d’une forte hésitation de la part de Napoléon III, un plébiscite est organisé le 8 mai 1870, décision politiquement risquée, mais juridiquement incontournable. L’ampleur des révisions apportées à la Constitution aboutit à un sénatus-consulte, le 20 avril 1870. La tenue de réunions publiques fut une vraie nouveauté, pouvant regrouper plusieurs milliers de personnes sur le modèle des meetings anglo-saxons (les républicains additionnèrent un demi-million de participants). Il y eu terreur et calomnie avec excès ; mais le peuple eût voté sans cela comme il a voté. – Francis Choisel, « La procédure de révision constitutionnelle (1852-1870) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2008/3 (n° HS 4), p. 50-68. Soutien renouvelé au souverain ? Que vous soyez un particulier ou une entreprise, vous pouvez bénéficier d'avantages fiscaux. Jour de la semaine: Le 21. de Décembre 1851 était un Dimanche . Ces inscriptions signalent le désir de fortifier une dimension affective frustrée par l’anonymat du vote, tout en suggérant une insatisfaction plutôt qu’une méconnaissance de la pratique plébiscitaire. Le 10 décembre 1848 le Prince Louis-Napoléon Bonaparte avait été porté à la présidence de la Deuxième république par le suffrage universel, avec une forte majorité, et c’est dans les départements les plus socialistes, Creuse, Haute-Vienne, Saône-et-Loire, I… » À l’exception des plébiscites organisés localement lors du rattachement de la Savoie et de Nice en avril 1860, au nom du principe des nationalités, il s’agit du seul plébiscite réalisé sous le Second Empire. Accord tacite en faveur de la transmission héréditaire ? Présentation  de l’exposition Qu’il s’agisse de la masse du bâtiment dans l’espace urbain, du décor de ses façades et du rythme des baies, du plan, de la distribution intérieure, les…. » S’abstenir, tempête le préfet du Morbihan, c’est « voter honteusement pour le drapeau rouge et les barricades ». D’ailleurs, si des bulletins OUI étaient souvent imprimés à grands frais à l’initiative des préfets, les NON étaient rédigés sur papier libre. Le suffrage aura lieu au scrutin secret, par OUI ou par NON, au moyen d’un bulletin manuscrit ou imprimé. Ce cours analyse les plébiscites organisés entre 1851 et 1870, du premier qui eut lieu les 20 et 21 décembre 1851, moins de trois semaines après le coup d’État, au dernier organisé le 8 mai 1870, quatre mois avant la chute du régime. Le premier plébiscite a lieu moins de trois semaines après le coup d’État. » Le précédent historique est obsédant : même si, au début du siècle, le terme de plébiscite était absent du vocabulaire politique, l’article 95 de la Constitution de l’an VIII (décembre 1799) prévoyait la nécessaire « acceptation du peuple français » afin d’exprimer l’ancrage démocratique du régime consulaire. Les 20 et 21 décembre : plébiscite confirmant le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte (7,5 millions de oui, 1,5 million d’abstentions, 600 000 non). La proclamation du souverain admet cette nécessité, qui aboutit à refonder l’édifice constitutionnel d’une France aussi « impériale » que « démocratique » : « Des changements successifs ont altéré les bases plébiscitaires qui ne pouvaient être modifiées sans un appel à la nation. 4. La provocation leur permet de faire consigner, en toute légalité, une hostilité par ailleurs réprimée dans l’espace public : « Quelle farce », « Vive la République », « Moi, je vous emmerde vous êtes tous des filous ! Browse historical events, famous birthdays and notable deaths from Dec 21, 1851 or search by date, day or keyword. Se considérant gêné dans son pouvoir par lAssemblée, Lou… La consultation piège les libéraux, contraints de voter OUI dans le cadre d’une procédure qui sape l’influence parlementaire. Émile Ollivier met en garde les procureurs et juges de paix contre tout abus d’influence. A3. – André Gill, Le Marronnier du 8 Mai, L’Éclipse, n°120, 8 mai 1870 > à consulter et télécharger sur Gallica. Document – Jean Gilbert Victor Fialin Persigny, « Circulaire sur les élections législatives de 1852 » et « Circulaires sur les élections législatives de 1863 », Le duc de Persigny et les doctrines de l’empire, Paris, H. Plon, 1865, p.37-38 et p.146-156 > à consulter sur Gallica – Patrick Lagouyete, Le Coup d’État du 2 décembre 1851, Paris, CNRS Éditions, 2016. Aux origines de l’instabilité constitutionnelle de la France républicaine, 1870-1889, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982. – Estampe « Louis-Napoléon Bonaparte rétablissant le suffrage universel, Le 2 Décembre 1851 » > à consulter et télécharger sur napoleon.org La désignation d’un Napoléon à la présidence est interprétée en plébiscite anti-républicain, « une protestation contre la forme républicaine du Gouvernement imposée à la nation, malgré elle », selon le conseil municipal du Puy, en Haute-Loire. Docteur en histoire, et chercheur associé à l’université de Paris-Sorbonne, Juliette Glikman enseigne à SciencesPo. Par ailleurs, le sénatus-consulte de septembre 1869 a établi la responsabilité ministérielle, suggérant la dépendance des ministres à l’égard du Corps législatif (Francis Choisel). Ces ovations, jugées en plébiscite par acclamations, sont censées dévoiler la réalité du « sentiment public » par l’expression d’un irrépressible « instinct populaire », selon le juriste Raymond-Théodore Troplong. Réveil de Paris (2 décembre); Proclamations; Dissolution de l'Assemblée législative; Bases d'une nouvelle Constitution. Les 20 et 21 décembre 1851 se déroule un plébiscite, moins de trois semaines après le coup d’État du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte le 2 décembre. proclamés le 21 décembre 1851 . La presse bonapartiste vilipende les députés de la Seconde République, traités de « bavards inactifs » se livrant à des « verbiages ». PLÉBISCITE DES 20 ET 21 DÉCEMBRE 1851. Les 20 et 21 décembre 1851, 7 467 000 électeurs sur huit millions de votants approuvent la phrase suivante : « Le peuple français veut le maintien de l’autorité de Louis-Napoléon Bonaparte, et lui délègue les pouvoirs nécessaires pour établir une constitution sur les bases proposées dans sa proclamation du 2 décembre 1851. – Odile Rudelle, La République absolue. Les élections législatives prolongent, tous les six ans, la pratique plébiscitaire par l’intermédiaire du candidat officiel. Les prêtres, les instituteurs sont mis à contribution. Les personnes nées le 20/12/1851 auront 169 ans cette année (2020), exactement dans 23 jours . Mais l’idée napoléonienne impose de placer la mutation de la république décennale à l’Empire sous l’invocation du peuple-souverain. Ainsi, le sénatus-consulte inclut d’emblée le texte à soumettre aux votes, ratifié par plus de huit millions d’électeurs : « Le Peuple français veut le rétablissement de la dignité impériale dans la personne de Louis-Napoléon Bonaparte, avec hérédité dans sa descendance directe, légitime ou adoptive. L’adhésion doit être éclatante, afin d’affirmer la perpétuation des liens dynastiques noués au début du siècle. À la chute de l’Empire, ses adversaires perçoivent dans l’exercice plébiscitaire une menace contre la République. – Affiche Au peuple français, Paris, Imprimerie nationale, décembre 1851 > à consulter et télécharger sur Gallica L'impression nécessite l'installation préalable sur votre poste d'un logiciel capable de lire le format PDF. « On peut noter un certain parallélisme entre les plébiscites de 1800 et 1851 qui légalisent la conquête du pouvoir, ceux de 1804 et 1852 qui fondent l’empire et enfin les consultations de 1815 et 1870 qui le réforment » (Bernard Ménager). – Julien Ebersold, « La cession de la Savoie et de Nice à la France », avril 2018 > à consulter sur RetroNews (pour abonnés), Site internet Liens internes. La campagne est émaillée d’un déchaînement verbal. La dynastie se vante de son origine plébéienne et se félicite d’un gouvernement « sorti des entrailles » du peuple, origine qui lui confère une « assiette plus large et plus grande qu’aucun autre régime » (Adolphe Granier de Cassagnac, Histoire de la chute du roi Louis-Philippe, de la République de 1848 et du rétablissement de l’Empire). – Émile Ollivier, « Le plébiscite – la lutte – le triomphe », L’Empire libéral, t.XIII, p.332-405 > à consulter ici sur Gallica – Maurice Agulhon, « La résistance au coup d’État en province. » [1]. Ce n’est pas vrai. Or, le régime sort renforcé, sans dissiper l’équivoque : victoire de la libéralisation ? Le pays l’a tranchée », se félicite le souverain en recevant les résultats. Cest la seconde fois en moins dun siècle quune république née dune révolution succombe de cette manière. Vous pouvez librement télécharger le logiciel Acrobat Reader en suivant ce lien. – Bernard Ménager, « Les plébiscites du Second Empire », L’Élection du chef de l’État en France de Hugues Capet à nos jours, Paris, Beauchesne, 1988, p.121-130. Le plébiscite est « la ressource suprême des mauvais jours, le dernier moyen de salut », confie Napoléon III en 1869. Les personnes nées le 21/12/1851 auront 169 ans cette année (2020), exactement dans 37 jours . Que vous soyez un particulier ou une entreprise, vous pouvez bénéficier d'avantages fiscaux. – A. Romieu, Le Spectre rouge de 1852, Paris, Ledoyen, 1851 > à consulter sur Hathi Trust Digital Library, Iconographie Ce socle est énuméré en cinq points : chef d’État responsable, ministres dépendant du pouvoir exécutif, Conseil d’État préparant les lois, Corps législatif discutant et votant les lois, Sénat en pouvoir pondérateur et gardien des libertés publiques. Il s’agit également de conforter le principe héréditaire, alors que le souverain, dont la santé décline, prépare la transmission de la Couronne en faveur de son héritier. 21 décembre 1898: Pierre et Marie Curie découvrent le radium. Les résultats sont en demi-teinte, puisque le gouvernement recueille 4,4 millions de voix (érosion d’un million de voix par rapport à 1863). D’ailleurs, l’option du vote secret en décembre 1852 avait entraîné la déception de maires ruraux : « Les paysans étaient enchantés d’avoir à signer pour Louis-Napoléon. Les Français semblent en avoir eu la prescience puisque les 20 et 21 décembre 1851, dernier épisode du Coup d'État, le plébiscite qu'avait promis Louis-Napoléon lui octroyait les pleins pouvoirs pour dix ans par 7.439.216 oui contre 640.000 non et 36.880 bulletins nuls. Résultat officiel Les républicains détournent la campagne du NON en procès contre le régime. Le contexte répressif, qui suivit le coup d’État (état de siège dans les départements affectés par les insurrections, presse censurée, interdictions des clubs…), rendait suspecte la sincérité des résultats. Rien de fondamental ne se fait en dehors de sa volonté ». Esquisse d’historiographie », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t.21, janvier-mars 1974, p.18-26. Les 20 et 21 décembre : plébiscite confirmant le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte (7,5 millions de oui, 1,5 million d’abstentions, 600 000 non). Sous le Second Empire, le plébiscite est chargé d’exprimer la souveraineté du peuple, en soumettant par voie de suffrages « toute modification aux bases fondamentales de la Constitution » (article 32 du texte constitutionnel). Autour des plébiscites de 1851 et 1852, Paris, PUF, 2000. La chanson en français et en patois, l’image décuplent l’intensité de la propagande dans les campagnes et les ateliers. Les tenants du parti de l’Ordre ont dramatisé les enjeux du scrutin, métamorphosé en confrontation épique entre « la civilisation et la barbarie » selon le préfet de l’Oise, étayée par des récits horrifiés de bourgeois assassinés, de gendarmes massacrés, de réquisitions (Maurice Agulhon). Les 20 et 21 décembre : Plébiscite confirmant le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte (7,5 millions de oui, 1,5 million d’abstentions, 600 000 non). La confusion est partagée par nombre d’électeurs convaincus d’une conspiration des puissants à l’encontre de leur favori. L’empereur est traité de « voleur, filou, escroc, vieille botte éculée », son gouvernement de « fripons » et son fils de « marmot scrofuleux », selon les souvenirs d’Ollivier. La réussite du vote affirmatif doit être la conclusion de « l’expression libre de la volonté nationale ». What happened on December 21, 1851. La presse, les partis, les réunions publiques formeraient autant d’influences subversives animant des « influences clandestines », selon le ministre de l’Intérieur Persigny, en 1852. L’ancien répertoire des actions politiques, pratiquées sous une forme collective, est qualifié d’archaïque, des saisies de grains aux charivaris (Vincent Huet). Tout au contraire, les républicains jugent que l’alternative proposée entre « oui » et « non » biaise la consultation. – Frédric Bluche, Le Bonapartisme. Vote : les 20 et 21 décembre 1851. Tout en sacralisant le peuple souverain, les pères fondateurs placent la République renaissante hors d’atteinte de la procédure électorale. Un seuil est franchi en termes d’organisation et de moyens matériels, « agitation sans précédent mêlant outrances démagogiques, calculs en tout genre et échanges de haute tenue » (Éric Anceau). À mesure que la presse se libère, une floraison de caricatures illustre ces critiques. Deux nuances peuvent être apportées. Par le sénatus-consulte du 7 novembre 1852, le Sénat, « gardien du pacte fondamental », avait voté le rétablissement de l’Empire. Ces principes forment l’ossature de la constitution, intouchable à moins d’un plébiscite. Des élus partent à la rencontre de leurs concitoyens sur les foires. Lutte du 4 décembre. D’ailleurs, les feuilles bonapartistes reprochent aux constituants de 1848 d’avoir rompu avec cette tradition. – Pierre Rosanvallon, La Démocratie inachevée. Sous le Second Empire, le plébiscite est chargé d’exprimer la souveraineté du peuple, en soumettant par voie de suffrages « toute modification aux bases fondamentales de la Constitution ». – Proclamation et constitution du 14 janvier 1852 > à consulter sur le site du Conseil constitutionnel, Dossiers Au cours de cette décennie, le régime s’est libéralisé, au risque de multiplier les entorses au pacte constitutionnel. Le maire de Clairac, dans le Lot-et-Garonne, met en garde ses concitoyens : « À quel signe ces indignes prédicateurs du meurtre et du sang doivent-ils reconnaître leurs adeptes ? Néanmoins le mot désigne-t-il toujours la même chose qu’en 1852 ? Les hommes d’ordre considèrent comme un acte de faiblesse le retour au vote secret » (préfet du Puy-de-Dôme). Son intitulé inusité montre tout d'abord qu'elle est bien une émanation de la volonté de l'auteur du coup d'État. En octobre 1852, le conseil municipal de Roquefort (Landes) avoue la crainte d’un décalage entre la sincérité des ralliements et leur difficile transmission par l’entremise de l’écrit : « Le 10 décembre 1848, les hommes illettrés, pour ne pas être trompés par les bulletins qu’on leur remettait, avaient compté qu’il fallait vingt-deux lettres pour ceux qui portaient votre nom. Association 1851. Portrait Plébiscite ratifiant le coup d'État du 2 décembre 1851. Résultats :. Carte n° 2 : Plébiscite des 20 et 21 décembre 1851 approuvant le coup d’Etat. Département de la Sarthe. Intitulé : « Le Peuple français veut le maintien de l'autorité de Louis-Napoléon Bonaparte, et lui délègue les pouvoirs nécessaires pour établir une constitution sur les bases proposées dans sa proclamation du 2 décembre 1851. Le scrutin sera ouvert pendant les journées des 20 et 21 décembre, dans le chef-lieu de chaque commune, depuis huit heures du matin jusqu’à quatre heures du soir. 7 467 000 électeurs sur huit millions de votants approuvent la phrase suivante : « Le peuple français veut le maintien de l’autorité de Louis-Napoléon Bonaparte, et lui délègue les pouvoirs nécessaires pour établir […] Le 2 janvier, l’empereur confie à Émile Ollivier, républicain rallié, le soin de poursuivre les réformes. La consultation reste nimbée d’ambiguïté. » [1] Résultats : D’ailleurs, par une lecture rétrospective, les bonapartistes concèdent une dimension plébiscitaire à l’élection présidentielle du 10 décembre 1848 : le nom de Louis-Napoléon Bonaparte surgi des urnes aurait d’emblée impliqué l’Empire. » Entre information et encadrement, des affiches à l’en-tête du ministère de l’Intérieur étaient placardées, le OUI nettement visible. Le neveu de Napoléon Ier, Louis Napoléon Bonaparte, se proclame empereur des Français et prend le nom de Napoléon III. 11 décembre : Exil de Victor Hugo en Belgique. C’est l’interprétation officielle : « Les adversaires de nos institutions ont posé la question entre la révolution et l’Empire. – Affiche du Comité libéral conservateur, Du Plébiscite de 1870, Bordeaux, A. Perey, 1870 > à consulter et télécharger sur Gallica Il s’agit d’« éclairer » l’électeur, qui pourrait être abusé par les factions issues des régimes déchus. ), Le Prince, le peuple et le roi. Ainsi, Gabriel Hanotaux jugeait, dans son Histoire de la France contemporaine, publiée au début du XXe siècle, que le plébiscite était « un bloc manié et soulevé par le cric de l’administration ». Les meilleures offres pour Médaille France / Napoléon / Election des 20 et 21 décembre 1851 sont sur eBay Comparez les prix et les spécificités des produits neufs et … Le plébiscite est, au contraire, au fondement de la restauration impériale de 1852, quitte à encadrer fermement l’onction populaire. Les grandes demeures de Corse Orientation : » Par ailleurs, la voix populaire dispense ses verdicts à travers de multiples canaux. Anniversaires de personnages célèbres, d'acteurs, de célébrités et de stars le 21 Décembre. Carte n° 4 : Répartition des condamnés par cantons. – Honoré Daumier, Avis aux amateurs, Le Charivari, 22 novembre 1871 > à consulter et télécharger sur Gallica Les plébiscites, la difficile entrée dans la démocratie > cours, bibliographie et iconographie, Bibliothèque numérique de la Fondation Napoléon, à consulter sur le site du Conseil constitutionnel, à consulter sur Hathi Trust Digital Library, à consulter et télécharger sur napoleon.org, La résistance au coup d’État en province.